Chroniques

Épisode 8 – Teach me How to Beer, please!

En retraçant l’histoire de la Saison Colmant et en retrouvant une bière encapsulée dans la cave de mon père, nous étions sur la bonne voie pour reconstituer la recette de cette bière perdue depuis presque 40 ans.

Temps de lecture estimé : 3 minutes 30 

A chaque « réunion », nous avancions sur base de déductions et des connaissances d’Antoine et Manu. L’amertume, le type de houblon, la levure… Tout y passait. Au point que nous avions une base à tester pour la recette de la bière du mariage ! J’allais pouvoir mettre la main à la pâte, je n’en pouvais plus d’attendre… Pour contenir mon impatience, heureusement, le cours de brassage que j’avais pris chez NovaBirra arrivait juste à point.

Passer le week-end à faire la route jusqu’à Braine-l’Alleud ne me posait pas de problèmes, en soi… Mais il fallait évidemment que cela tombe un week-end de Coupe du Monde, où la Belgique jouait. (En même temps, le tirage au sort n’avait pas été fait quand j’ai réservé, nondidju !) Je ratais donc une après-midi qui promettait d’être bibitive et propice aux coups de soleil, à regarder le match sur grand écran avec les copains… « Bouuuuuuuuh !». Je ne me laissais pas démonter pour autant par leurs railleries : j’avais rendez-vous avec les coulisses de « la bière », et cela me convenait plutôt bien finalement !

Le samedi matin, je me préparais donc, aussi nerveuse qu’un premier jour d’école. « Qui seront mes collègues de brassage ? » « Est-ce qu’ils seront sympas ? » « Est-ce que je vais comprendre tout ce qui me sera enseigné ? » J’embarquais avec moi mon plus beau carnet de notes, un café, et pris la route pour arriver à 9h pétantes (telle une vraie première de classe). Arrivée sur place, je rencontrais les premiers inscrits au cours, mais pas le temps de vraiment discuter car Emanuele arrivait avec un timing précis à respecter (« On a beaucoup de choses à voir et à faire en seulement 2 jours ! »).

« Mais pourquoi avoir choisi NovaBirra comme tout premier cours ? Et pas un autre endroit dans la région ? »

Dans une vie antérieure (2012, ça ne nous rajeunit pas !), je travaillais dans le Brabant Wallon pour une entreprise spécialisée dans l’e-marketing et j’ai eu l’occasion de rencontrer Emanuele au BNI Nivelles Alliance (réseau d’affaires basé sur les recommandations… tout un univers bien particulier). Bref, j’avais eu l’occasion d’apprendre à connaître ses motivations, sa vision et quand j’ai retrouvé son site internet au mois de mai,  je me suis lancée vraiment en toute confiance. C’est marrant comment les chemins se recroisent après autant d’années !

(fin de la parenthèse)

Nous nous retrouvions donc à 8 autour d’une table, dans une pièce qui ressemblait à un laboratoire d’expérimentations, avec un syllabus et quelques explications sur le déroulement du week-end.

Sans étonnement, j’étais la seule femme du groupe, mais j’assumais (et même avec une petite dose de fierté) : oui, les femmes peuvent aimer la bière et vouloir en apprendre plus ! (Et non, la Hoegarden rosée, ça ne compte pas.) (Coucou l’Âne Barré.) Et je l’exprimais directement sans rougir : j’aime la bière, je veux apprendre à brasser et être capable de créer une bière basée sur l’héritage de la brasserie familiale. Le ton était donné. Les autres membres du groupe étaient aussi des passionnés de tout âge et, surtout, de bons vivants qui savaient rigoler. Je savais que j’allais passer un bon week-end entourée de ces gaillards !

On a parlé de la bière, des industriels, du craft, des micro-brasseries et des néo-brasseurs… J’en ai appris plus sur l’univers de la bière en un week-end que ces 6 derniers mois ! Le soir, je rentrais avec des paillettes dans les yeux. On n’avait pas fait grand chose en pratique, à part concasser les grains pour le brassage du lendemain, mais j’avais appris tellement de choses, je m’étais amusée, j’en voulais encore plus… Je me sentais bien et à ma place. Je savais que c’était le début de ma formation, de mes expériences brassicoles, d’un parcours qui promettait d’être riche en rencontres et échanges.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *