Divers

Christmas and beer… True love story?

Avant, je n’aimais pas la bière de Noël… Mais ça, c’était avant !

Temps de lecture estimé : 2 minutes 30 

Mais déjà : d’où vient cette tradition de la Bière de Noël ? Principalement un produit marketing aujourd’hui, son origine remonte au 17ème siècle.

Si vous ne le saviez pas encore, auparavant, il était coutume de brasser en suivant les saisons et les récoltes, notamment pour des questions de conservation des brassins ; on brassait alors au printemps (notamment des bières de Saison) et à l’automne. Aux alentours du mois de septembre, il fallait vider les réserves de l’année antérieure pour faire de la place à la nouvelle récolte d’orge et de houblon. Les brasseurs mélangeaient donc les restes du brassin précédent avec énormément d’épices… Et on obtenait un mélange totalement original, très parfumé, au goût plus chaleureux voire même sucré, qui était prêt fin novembre afin d’être dégusté pendant les festivités de Noël.

Personnellement, j’ai toujours eu un a priori sur les bières de Noël : j’ai toujours assimilé ça à des bières brunes, assez fortes et très (trop) sucrées. Allez savoir pourquoi ! Mais je pense que je ne suis pas la seule à avoir cette impression (Pleaaase, dites-moi que je ne suis pas la seule…). Et mon séjour au Danemark n’a rien arrangé… En effet, ils sont très branchés « bières de Noël ». Non, en fait, ils sont très branchés « Noël » tout court. (Bref, je les aime !) Ils passent la majorité de leur mois de décembre à tester les nouvelles bières de Noël, ou Juleøl comme ils disent, tout en mangeant du hareng au vinaigre mâturé, du canard, du rôti de porc, du choux rouge… Ou du riz au lait. (Ça vend du rêve, einh ?). En général, la bière de Noël que vous trouverez au Danemark est une bière blanche foncée (quasiment noire), alcoolisée et douce, brassée avec un malt caramel et chocolat. Elle est extrêmement sucrée car la fermentation est arrêtée très tôt. Seule une petite partie du sucre est convertie en alcool, tandis que le reste donne à la bière de Noël sa douceur. Le pourcentage d’alcool est typiquement compris entre 1,7 et 1,9 %.

Mais je m’égare. (Je vous avais dit que j’aimais les pays nordiques ?)

Heureusement, malgré ce traumatisme durant mon Erasmus, j’ai pu peu à peu confronter cette conviction à la douce réalité et aux multiples saveurs de cette boisson festive grâce à différentes visites dans des brasseries et marchés de Noël de la région, comme dernièrement à Marcinelle à la Brasserie du Pays Noir et leur succulente « Experience Brune de Noël ».

J’en suis certaine à présent, les bières de Noël sont des produits qui méritent leur place pendant ces vacances hivernales, autant que le feu de bois, le vin chaud et les truffes au chocolat ! Cette révélation m’a tellement transportée d’allégresse que j’ai décidé de proposer un accord « Bières de Noël et fromages » à la belle-famille le 25… Le résultat ? Je pense que je dois encore affiner mes papilles dans ce domaine 🙂

Envie de découvrir de bonnes bières de Noël ? Découvrez la sélection d’Eric Boschman !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *