A propos

Connaissez-vous « La Brasserie Colmant » de Baudour, dans le Hainaut ?

Non ? C’est normal, elle n’existe plus depuis plusieurs décennies.

Je me présente, Hélène Colmant, petite-fille de brasseur, travaillant sur l’héritage familial oublié depuis quelques décennies.

Pierre Colmant, mon grand-père, était le dernier propriétaire (et brasseur) de la Brasserie Colmant. Cette brasserie familiale était située à Baudour entre 1870 et 1974, et a totalement arrêté ses activités à la mort de mon grand-père en 1980.
Du haut de mes 30 ans, je n’ai donc connu ni la brasserie, ni mon grand-père. Tout ce que j’ai appris de cette époque me provient d’histoires que me racontait mon père, mes oncles (également décédés aujourd’hui) et des documents que j’ai pu consulter chez eux.

J’ai toujours été très fière de savoir que ma famille produisait de la bière et que la brasserie était connue – « Ah, Colmant ? Comme la Brasserie Colmant ? » –> petit sourire gêné mais tellement de fierté ! Et pourtant, j’ai toujours été « frustrée » de savoir que cela restait une histoire du passé. Tout ceci m’échappait, sans possibilité pour moi d’accéder à cet héritage. De plus, j’ai toujours considéré que le monde brassicole n’était réservé qu’aux « maîtres-brasseurs », ingénieurs-brasseurs et ces études étaient alors difficiles à suivre pour moi vu mes résultats en sciences et en math.

Mais la magie d’Internet m’a permis de faire des recherches, de retrouver des étiquettes, des verres de la Brasserie Colmant,… Je voulais toucher ces objets, apprendre leur histoire, me projeter dans cette époque et me connecter avec le passé de ma famille. Je fouillais la cave de mes parents à la recherche de trésors (des plaques émaillés et des bacs de bières en bois). Je m’activais à les nettoyer, les faire revivre, en sensibilisant mon père sur cet héritage à sauver. Et maintenant, c’est lui qui a une petite collection en vitrine et non au fond de sa cave (objectif atteint !).

Et puis, j’ai vu la trentaine approcher… ça été un cap et j’ai pris conscience que mon père n’allait pas en rajeunissant non plus… J’ai commencé à avoir peur. Peur de perdre le « dernier pilier » de notre famille. J’ai depuis lors travaillé à récolter des infos et l’ai même enregistré. Je me suis alors prise à rêver : pouvoir faire ressurgir des trésors du passé et lui offrir. J’ai retrouvé des verres, des détails, j’ai même rencontré des personnes ayant travaillé à la Brasserie. Et c’est devenu une obsession : je me dois de faire perdurer le souvenir de la Brasserie, je veux que mon père soit fier aussi, comme je le suis.
Est alors arrivé la soirée où, autour d’un verre (ou deux), il m’a pris à déclarer à des fans de bière (dont un sympathique brasseur un peu punk) que mon but ultime était de faire ressurgir une bière du passé, afin de la dédier à mon père. Même s’il ne se souviendra sûrement plus du goût ou de l’odeur d’une bière Colmant, ce geste serait tellement symbolique, me rapprocherait tellement de mon père, de mes aïeuls, que c’est à partir de là devenu mon objectif dans la vie.

Et me voilà, devant vous !
Ce projet s’est en effet concrétisé, j’ai bossé la question avec le brasseur punk (si tu me lis, j’espère que ça te fera rire !) et je me suis dit que toutes ces étapes que j’ai vécu, tout ce cheminement, ces recherches, il faut les partager ! C’est un projet de vie, qui apporte du sens et qui, je l’espère, en inspirera d’autres.

A présent, je vous invite à découvrir ces aventures via le blog !