Chroniques

Épisode 6 – Faire d’une bière deux coups

Juin 2018.

« Hello les gars! Ce petit message pour faire suite à nos grandes discussions houblonnées de Ducasse… » Les contacts bibitifs et les plans sur la comète, c’est une chose. Reprendre ses esprits et voir si ça matche bien, c’en est une autre. Petit débriefing post-Ducasse sur les projets de bières.

Temps de lecture estimé : 3 minutes 

La gueule de bois passée, je décidais de recontacter Manu et Antoine, deux brasseurs totalement investis dans l’univers du craft et débordant d’idées, de projets de brassins à tester. L’objectif de la « réunion » : discuter de mon projet fou de faire renaître une bière du passé (révélé lors de l’épisode 1), ainsi que de la proposition de faire un brassin pour mon mariage.

Lieu de rendez-vous : chez Antoine, à la Brasserie Ça brasse pour moi (Boussu). L’occasion de visiter ses installations… et de déguster une bière 🙂

Au fil des discussions, j’apprenais que le père d’Antoine (du même âge que mon père !) avait travaillé à la Brasserie Colmant, avait donc connu mon grand-père et était un grand amateur de la Vieille Saison Colmant. Je trouvais ça tellement excitant ! Je n’avais qu’une envie : le rencontrer, qu’il me parle de ses années passées à la Brasserie, qu’il me parle de cette bière, qu’il me raconte quel type d’homme était Pierre Colmant… Un témoin du passé, qui n’aurait pas peur de me parler et de me livrer son histoire. J’avais donc en face de moi un gars baigné dans l’univers de la bière depuis toujours, qui connaissait la valeur d’un héritage familial, qui était mû par la volonté de réaliser des produits de qualité et de mettre en avant le local. Je me sentais bien, à cette table, avec eux.

Ce fut donc naturellement qu’il proposa avec Manu de brasser une Saison, dans l’esprit de la Saison Colmant de l’époque. Et les deux projets a priori distincts ne devinrent qu’un : nous allions brasser une Saison pour mon mariage, comme prototype, un test grandeur nature. Avec ma famille, comme ultime challenger.

Oui, nous allions brasser. J’étais de la partie, ils me proposaient de brasser avec eux, de mettre la main à la pâte et d’intégrer entièrement le côté pratique/technique du projet. Je flottais sur un nuage…

Et ensuite, nous produirions le produit à plus grande échelle, pour le confronter à un public : une collaboration entre Ça brasse pour moi, Bastard Brewers… et moi. (Y a plus qu’à trouver un nom qui en jette comme les leurs !) Je me sentais m’emballer, même si au fond de moi, j’avais peur de perdre pied… Mais une chose à la fois !

La question la plus importante était surtout : comment réaliser une Saison Colmant sans recette ? Car, c’était bien ça l’origine de mes recherches, lorsque j’ai rencontré Manu et retrouvé le carnet de mon grand-père, la raison pour laquelle j’avais contacté deux grandes malteries belges en espérant retrouver quelques traces de commandes, d’informations m’aiguillant sur les malts utilisés et les quantités. Sans nouvelles de leur part, j’avais fini par me dire que mon projet risquait de tomber à l’eau…

Sur ces mots, Manu et Antoine ne se laissaient pas démoraliser : cette bière avait une histoire, il suffisait de reconstituer le puzzle pour avoir une base sur laquelle travailler. Let’s dig in!

 

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *