Chroniques

Épisode 16 – MPD psycho

Le temps file à une de ces vitesses… Nous sommes déjà en avril. Je n’ai pas vu ces dernières semaines passer, avec l’affreuse impression de devenir schizophrène, mon esprit se cristallisant entre les différents projets que je mène et les différentes « vies » qui rythment mes journées.

Temps de lecture estimé : 3 minutes 34 

Certains, en me voyant ces derniers jours, ont pu avoir l’impression que je perdais doucement le peu de capacité mentale et de sanité d’esprit que j’avais réussi à conserver jusqu’à présent. Les cernes démultipliées (so sexy), un air hagard, une conversation incohérente ou une articulation moyenne, une tendance à perdre le fil de ses idées… Bref, on ne peut pas dire que « l’efficacité » soit le terme qui me caractérise le plus en ce moment.

Non, je n’ai pas abusé des multiples bières stockées dans mon frigo. Pour ceux qui me connaissent peu, voire pas du tout, il y a une raison pour laquelle ces cycles de fatigue extrême m’abrutissent régulièrement. Je suis le genre de personne qui aime toucher à tout et qui s’épanouit dans la richesse et la diversité de ses activités quotidiennes. Les mauvaises langues diront que je m’éparpille, mon « moi » plein d’optimisme leur répondra fièrement que je suis une multipotentielle.

Ce terme particulier, un peu à la mode ces derniers temps, m’a permis de sortir de ce cadre que l’on m’avait imposé depuis toute petite. Fini de culpabiliser et de me considérer comme une fille brouillon, instable, qui se disperse selon sa passion du moment. Oui, j’ai eu de nombreuses passions différentes : l’équitation, la philatélie, la bande dessinée, le retrogaming, le rugby, les bières… Certaines sont passées, associées à certains chapitres de ma vie à présents clos. Et je ne vois pas le mal d’en avoir de nouvelles. Pourquoi ne pourrait-on pas être passionnée de multiples choses en grandissant ? Ou de changer de passion ? Pourquoi ne pourrait-on pas multiplier les activités qui nous plaisent, si on y trouve un sens et un épanouissement profond ? Du haut de mes presque 31 ans, je me suis dit qu’il était temps d’arrêter de se faire du mal. Arrêter de se conformer à un modèle de vie imposé, coupé de la réalité. Car oui, je vous l’annonce, nous sommes tous des individus multiples ! Dans notre société, nous sommes de plus en plus amenés, dès notre plus jeune âge, à incorporer des façons différentes de penser et de se comporter : on peut par exemple en même temps être fonctionnaire, aimer les sports de contact, apprécier le rock metal, tout en étant écologiste et en prônant le zéro déchet… What a melting pot!

Dans cette optique d’assumer notre pluralité, je me présente donc devant vous : Hélène Colmant, actuellement

(Je précise « actuellement » car il y a encore une année où deux, j’étais aussi membre active d’autres ASBL). En plus de cela, je suis touche-à-tout, j’adore aller à des conférences ou des formations certains soirs, et il m’arrive de donner des coups de mains à des amis brasseurs pour tenir le bar lors de représentations d’étudiants à Mons. Bref, je ne m’ennuie pas !

« Et sinon, tu dors quand ? », m’a-t-on encore demandé une amie il y a deux jours. Et bien, je n’ai pas beaucoup dormi cette semaine, c’est vrai. Je me suis encore parfois maudite, me disant que j’étais nulle pour organiser mon agenda et garder du temps pour moi… Et puis, j’ai profité de chaque instant, chaque rencontre, chaque discussion que cet « hyperactivité » m’a apporté. J’en ressors à nouveau nourrie, remplie d’une expérience unique et d’un sentiment d’accomplissement qui vaut toutes les nuits de 8 heures du monde.

Alors, ne m’en veuillez pas si je délaisse un peu le blog en ce moment, si je n’écris pas tous les jours sur cette aventure incroyable que je vis. Car au final, je reste une passionnée, compulsivement attirée par le rythme frénétique de la vie, mais avec toujours la furieuse envie de tout vous partager !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *