Chroniques

La zythologie, c’est pas que pour les filles

Parce qu’il est temps de lancer l’activité principale de La Petite Fille Colmant. Il n’y a pas que la Saison Colmant dans la vie… Il y a d’autres bières aussi ! 😊

Cela fait quelques temps maintenant que je reçois de nombreuses interrogations. Et que, systématiquement, je m’obstine à expliquer en long et en large les raisons pour lesquelles je n’ai pas la prétention (ni l’envie, soyons honnête) de relancer la Brasserie Colmant ou d’étendre la gamme de bières du même nom… C’est bizarre (pour ne pas dire usant) de devoir se justifier sur ses choix, même lorsqu’il s’agit de sa propre entreprise. Il est temps de mettre les choses au point, et que je fasse le point.

Avec toutes les meilleures intentions du monde, certains essayent de me conseiller, trouvant que je manque d’ambitions alors que je « tiens quelque chose ». Car ils voient que le storytelling, ça marche ! Raconter une histoire, l’émotion qui s’en dégage : cela représente une belle communication, ça fait vibrer les gens… Surtout si elle est vraie et est racontée par quelqu’un de passionné. (Grimbergen et leur histoire de phénix peuvent aller se rhabiller.) (Non, je déconne, j’adore trop la voix de Jacques Mercier.) En marketing, c’est ZE technique à la mode ! Et je vois que mon histoire en émoustille plus d’un, d’où leur incompréhension quand je décline poliment leurs propositions et leurs conseils.

C’est sûr, en m’entourant bien, je pourrais faire plus de volume, faire le tour des cafés et des bars partout en Belgique pour y mettre la Saison Colmant. Y travailler à plein temps, engager un commercial, augmenter la production… (Et conquérir le monde !)

Sauf que voilà : si je fais tout ça, c’est parce que j’ai envie de rencontrer des gens, de raconter et de partager mon histoire, d’entretenir le souvenir de la brasserie familiale. Pas devenir productrice de bières.

J’ai la chance aujourd’hui de faire un boulot qui me plait, qui m’inspire et qui me permet de rencontrer des gens passionnés (et passionnants). Actuellement, j’ai la situation « idéale » en tous points (en tout cas, pour moi) de la jeune entrepreneure qui se lance : pas d’enfant, un homme qui me soutient, un boulot stable pour payer les factures et qui me permet de tester mon activité sur le côté « sans risques ». Zéro risque donc. Tout ce qui ressort de cette histoire, c’est une nouvelle et belle expérience, ainsi que quelques bénéfices pour lancer le brassin suivant ! Tant que ça marche, ma foi… Je continue ! Et si cela doit s’arrêter un jour… Tant pis. Je profite de chaque instant et quoiqu’il advienne, cette expérience me marquera pour toujours.

Manque d’ambitions ? Peut-être. En tout cas pour la Saison Colmant. Pour le moment. Car c’est un projet qui évolue, mais il évolue en même temps que moi et je n’ai pas envie de bâcler les choses. (Control freak, diront les mauvaises langues.) Et puis, n’en déplaisent à certains, tout ce projet est basé entièrement sur l’envie de partager ma passion sur l’univers de la bière et mon patrimoine. Et pour ce faire, je me concentre à présent sur l’organisation d’événements et d’ateliers de zythologie.

Pardonnez le terme un peu barbare, mais je le préfère de loin à son équivalent français « biérologie ». (J’ai une préférence pour les mots qui marquent le sourire quand on les prononce ☺️)

Dans cette optique, pourquoi ne pas tester un premier atelier, voir si la formule plaît et a un avenir ? Il me faut un prototype… Mais pas trop sérieux. On est là pour s’amuser aussi, finalement ! Et le résultat, né d’un délire solo de fin de soirée devant mon ordi, continue encore à me faire sourire : « La zythologie, c’est pas que pour les filles ! » (Who run the world ?)

Alors, si tu veux passer un bon moment, viens tester ça avec moi ! 🍻

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *